En tant qu'entrepreneur indépendant, vous ne dépendez largement que de vous-même pour protéger votre niveau de vie et vos vieux jours. De nombreuses options d’assurance vous aident à atténuer les conséquences financières de votre retraite, d’une maladie, d’un accident ou de votre décès. Il n’est pas facile de faire le meilleur choix à ce propos, en partie parce que le paysage et la législation en matière d’assurance évoluent constamment. C'est pourquoi nous mettons à votre disposition dix points d'attention.

Incapacité de travail et revenu garanti

Si vous êtes dans l’incapacité de travailler à la suite d'une maladie ou d'un accident, vous avez droit à des prestations de sécurité sociale en tant que personne indépendante. Toutefois, cela ne suffit pas à couvrir vos coûts fixes (paiement de votre crédit d’investissement et de crédit hypothécaire, etc.) et, en plus, à maintenir votre niveau de vie. Avec une assurance invalidité professionnelle ou une assurance de revenu garanti, vous recevrez une prestation en cas d'invalidité professionnelle avec laquelle vous pourrez compenser la perte de revenu professionnel, de sorte que vos coûts fixes restent couverts. Il y a bien quelques questions qui méritent votre attention.

1. Votre assurance invalidité vous donne-t-elle droit à une prestation en cas d'épuisement professionnel ou de maladie mentale ?

Les chiffres de l’INAMI montrent que le nombre de malades de longue durée dans notre pays continue à augmenter chaque année. A fin juin 2018, plus de 415.000 employés et travailleurs indépendants étaient malades à la maison depuis plus d'un an. De plus en plus souvent, cette incapacité de travail de longue durée semble être causée par des troubles mentaux tels que la dépression et l'épuisement professionnel. Toutefois, toutes les assurances invalidité ne couvrent pas les cas d’invalidité résultant de troubles psychologiques. Lors de la souscription d'une telle assurance, il est donc important de prendre en compte cet aspect.

2. Les conditions de votre assurance invalidité sont-elles adaptées à votre contrat (de gestion) ?

Pour une couverture optimale, il est conseillé de coordonner votre assurance invalidité et votre contrat (de gestion), par exemple en ce qui concerne le temps d'attente - la période au cours de laquelle vous ne pouvez pas encore prétendre à une prestation par le biais de votre assurance. La norme dans de nombreux accords est que le client compense financièrement le premier mois d'invalidité. Logiquement, le délai d’attente de votre assurance invalidité est également d’un mois. Nous serons heureux de vérifier si les conditions de votre police d'assurance et de votre contrat correspondent bien. Si nécessaire, nous vous recommandons d’ajouter un avenant à votre contrat ou d’optimiser le temps d’attente de votre contrat d’assurance.

3. Votre assurance invalidité vous couvre-t-elle jusqu'à votre retraite ?

Avec l’augmentation de l’âge légal de la retraite, il est important de vérifier les conditions de couverture de votre assurance invalidité. Souvent, par exemple, le temps d'attente en cas d'invalidité professionnelle à partir de l’âge de 60 ans est augmenté d'une année. À votre demande, nous nous assurons que le même délai d'attente s'applique pendant toute la durée de votre contrat.

Frais médicaux et soins dentaires

4. Saviez-vous qu'en tant qu'indépendant avec une entreprise, vous pouvez souscrire une police d'assurance frais médicaux à des conditions attractives ?

En tant qu'indépendant avec entreprise, vous avez accès à un tarif collectif concurrentiel pour couvrir les frais médicaux. En outre, vous pouvez également souscrire la police sans aucune formalité médicale.

5. Avez-vous déjà envisagé une assurance soins dentaires ?

Votre assurance frais médicaux peut facilement être complétée par une assurance soins dentaires. En raison de l’énorme augmentation de la demande d’assurance soins dentaires, l’offre a également été considérablement élargie. Nous serons heureux de vous aider à choisir la formule la plus adaptée.

Constitution de pension

Le tableau ci-dessous présente les principaux chiffres et plafonds fiscaux pour 2019.
 
L’épargne-pension duale

980 euros (30% d’avantage fiscal)
1.280 euros (25% d’avantage fiscal)

Epargne longue durée 2.350 euros par an
PCLI (Pension Complémentaire Libre pour Indépendants) 3.256,87 euros
3.747,19 euros
EIP (Engagement Individuel de Pension) pour salariés 2.490 euros

6. L’épargne-pension duale est-elle intéressante ou pas ?

L’épargne-pension duale vous offre deux options :
  1. Vous choisissez le montant maximum de 980 euros. Dans ce cas, votre avantage fiscal correspond à 30% du montant économisé. Economiser le maximum de 980 euros vous donne un avantage fiscal de 294 euros (980 euros * 30%).
  2. Vous choisissez le montant maximum de 1.260 euros. Dans ce cas, votre avantage fiscal correspond à 25% du montant économisé. Economiser le maximum de 1.260 euros vous donne un avantage fiscal de 315 euros (1.260 euro * 25%).
À première vue, le nouveau système avec un avantage fiscal de 25% ne semble à priori intéressant que si vous économisez presque le montant maximal de 1.260 euros. L’avantage fiscal s’applique après tout à la totalité du montant économisé, y compris le premier morceau jusqu’à 980 euros. Par exemple, si vous économisez 1.160 euros, vous bénéficiez d'un avantage fiscal de 290 euros, soit moins que d'économiser 980 euros contre un avantage fiscal de 30% ou 294 euros.

A plus long terme, l'âge auquel vous souscrivez votre contrat d'épargne-pension joue cependant également un rôle. La durée minimale d'un contrat d'épargne-pension est de 10 ans.
 
  • Un contrat conclu avant l'âge de 55 ans est taxé à 8% à l'âge de 60 ans, mais ne prend fin qu'à l'âge légal de la retraite, à 65 ans. Les dépôts que vous faites entre 60 et 65 ans offrent toujours un avantage fiscal et ne sont plus imposés. L’avantage est donc plus grand si vous économisez le maximum de 1.260 euros sur cette période.
  • Si vous concluez votre contrat d'épargne-pension après votre 55e anniversaire, votre contrat courera encore 10 ans et votre capital ainsi économisé ne sera imposé qu'à son dixième anniversaire. Par conséquent, vous n’aurez jamais la possibilité d’économiser en même temps en franchise d'impôt et déduire vos primes fiscalement. Dans ce cas, l’avantage d’économiser un montant plus important est donc moins important.
Il est néanmoins préférable de faire examiner votre situation individuelle pour savoir quel système d'épargne-pension est le plus intéressant. Mais ce choix est un peu de la spéculation, car personne ne sait vraiment quel sera le rendement futur de l’épargne-pension.

7. Saviez-vous que, grâce à MyPension, vous pouvez calculer en détail le montant de votre pension ?

Sur le site web Mypension.be, vous trouverez un récapitulatif de toutes les données importantes pour votre retraite légale et complémentaire. Tous vos contrats d'assurance pour la constitution d'une pension du deuxième pilier sont également inclus dans cette base de données. Via MyPension, vous pouvez vérifier quand vous pourrez prendre votre retraite, quel en sera le montant et quel en serait l'impact si vous aviez cessé de travailler avant l'âge légal de la retraite.

8. La date de fin de votre contrat d'épargne-pension est-elle liée à la date de votre départ à la retraite ?

Le versement de votre pension complémentaire épargnée dans le deuxième pilier est lié depuis quelques années à votre pension légale : le montant est versé automatiquement au moment de la retraite. De nombreux régimes de pension existants prévoient toujours un âge de départ à la retraite de 60 ans, de sorte que la date de fin du contrat ne correspond pas à l’âge légal de la retraite actuel. Dans ce cas, nous vous recommandons de calculer conjointement l’impact financier de l’ajustement éventuel de votre contrat d’épargne-pension.

9. Quel a été le rendement de vos réserves de pension accumulées en 2018 ?

L'année 2018 a été mauvaise pour les marchés boursiers : presque toutes les branches d'actifs ont subi une perte d'au moins 10%. Les assurances pension de la branche 23 et les comptes d’épargne-pension bancaires sont liés à la bourse et ont donc encaissé les coups. Combien ? Cela dépendait des fonds d'épargne-retraite sous-jacents.

Les plans d'épargne-pension de la branche 21 offrent en revanche un rendement garanti : ils ne peuvent jamais subir de perte. Au cours de l’année de perte 2018, ces produits se sont mieux comportés. Cependant, il faut noter que le rendement des produits de la branche 21 à long terme est très médiocre.

Il est établi que le rendement moyen à long terme d’un produit à risque (comme l’épargne fiscale) est toujours supérieur à celui d’un produit sans risque. Une mauvaise année boursière comme celle de 2018 ne change rien à cela.

Décès

Une assurance solde restant dû offre une protection financière pendant la durée d'un crédit. Si, en tant que preneur d'assurance, vous décédez alors que le délai de remboursement de votre crédit est en cours, l'assureur remboursera tout ou partie de votre dette.

10. Quel est l’impact des antécédents de maladie grave si vous souhaitez souscrire une police d’assurance solde ?

Pour les personnes ayant des antécédents de maladie grave (par exemple, cancer, maladies du cœur et des vaisseaux sanguins, diabète), il n'est pas évident de souscrire une assurance solde restant dû. Ou bien, ils ne peuvent en prendre qu'avec le paiement d'une prime supplémentaire substantielle. Toute personne qui ne reçoit pas d’assurance solde restant dû ou qui doit payer une prime supplémentaire de plus de 75% peut s’adresser au bureau du suivi de la tarification. Celui-ci examine ensuite si le refus ou la prime supplémentaire proposée est justifié pour des raisons médicales et d’assurance. En 2017, 454 personnes ont contacté le bureau du suivi de la tarification ; Une enquête plus poussée menée par le bureau a montré que dans 70% à 82% des cas, le refus ou le supplément de prime élevé était justifié.

Pour ceux qui ont été confrontés à une maladie grave dans le passé, des améliorations sont en vue. En février de cette année, la commission de la Chambre a approuvé le "droit à l'oubli". De ce fait, un assureur ne peut plus prendre en compte, dans son évaluation des risques, les troubles pour lesquels le candidat preneur d’assurance éventuel est guéri depuis dix ans.

Contactez-nous pour l’optimisation de vos assurances

L'assurance vie est une matière complexe. Il est préférable d'être guidé et conseillé par un expert, afin que vos contrats restent toujours à jour. Vous souhaitez parler des sujets que nous avons abordés ou voir si votre portefeuille d’assurances peut être optimisé ? Prenez simplement contact avec votre accountmanager.
 
20-03-2019
Vous voulez plus d'information ou une offre sur mesure ?

Contactez-nous au numéro
03 482 15 30 ou par mail :