Pour la protection de votre entreprise, vous devez prendre en compte trois aspects : votre emprunt commercial, vos associés et le compte-courant de votre entreprise.

La protection de votre emprunt d’investissement

Il est fort probable qu’en tant que chef d'entreprise indépendant, vous ayez contracté un prêt pour votre entreprise. Même après votre décès, ce crédit d'investissement continuera d'exister. Vous pouvez souscrire une assurance dirigeant d'entreprise pour éviter d'avoir à utiliser les liquidités de l'entreprise pour rembourser votre prêt en cas de décès. Une telle assurance de dirigeant d'entreprise peut être comparée à une police d'assurance de solde restant dû, mais au nom de votre entreprise.

Exemple chiffré :
  • Gilles a 40 ans et est chef d’entreprise indépendant.
  • Il a emprunté pour son entreprise un montant de 750.000 euros.
  • La durée de remboursement du crédit d'investissement est de 8 ans. 
La prime annuelle pour souscrire cette assurance dirigeant d’entreprise s’élève à 1.052 euros.

Les primes annuelles pour la durée de remboursement ne représentent donc qu'une fraction du capital que vous assurez. De plus, les primes d'assurance d'un chef d'entreprise sont déductibles à 100% pour votre entreprise.

La protection de votre compte-courant

Le compte-courant de votre entreprise peut également être protégé par l'assurance dirigeant d'entreprise, de sorte qu'aucune ressource propre de l'entreprise ne doive être utilisée si vos héritiers réclament le montant sur ce compte.

Dans le cas de Gilles :
  • Il reste 500.000 euros sur le compte-courant de l’entreprise.
  • Une assurance chef d’entreprise avec primes de risque a été souscrite sur la tête de Gilles jusqu’à 70 ans. 
La première prime annuelle est de 348 euros. Ce type de prime augmente en fonction de l'âge de l'assuré et est à nouveau 100% déductible fiscalement pour l'entreprise.

La protection de vos associés

Si vous avez des associés dans votre entreprise, il est préférable de prévoir une protection pour chacun des partenaires au moyen d'une police d'assurance décès. En s’assurant mutuellement, les co-bénéficiaires recevront un capital avec lequel ils pourront acheter les actions auprès des héritiers du partenaire décédé. Souvent, ce droit de préemption est également déterminé statutairement, de sorte qu'il puisse être exercé.

 
11-12-2017
Vous souhaitez plus d’information ou de conseils sur les possibilités d’une assurance décès ?
 
Prenez donc contact avec nos spécialistes au numéro
03 482 15 30 ou via mail: